• COCKPIT

Chrysler Airflow : la genèse de l'aérodynamique automobile


La Chrysler Airflow est la première automobile des années 1930 pour laquelle les ingénieurs se sont intéressés à la question de l’aérodynamique d'où le nom qui signifie flux d'air. Elle est ainsi l'emblème le plus expressif du courant Streamline Moderne, cette tendance aux États-Unis à dessiner des lignes courbes et très fluides. Néanmoins, ce courant moderne appliqué sur une automobile de série se révèle trop innovant pour susciter, outre un succès d'estime, un succès commercial.



Il faut dire que le contexte n’est pas propice au lancement de nouveautés un peu extravagantes. Le jeudi 24 octobre 1929 est survenu le krach financier de Wall Street, plongeant l'économie mondiale dans une période de récession, dénommée Grande Dépression. Les industries américaines sont les premières touchées, faisant dégringoler les ventes automobiles.

C'est dans cette période, régie par de nombreuses contraintes établies par les conséquences de la dépression, que naissent un certain nombre de créateurs, prêts à bousculer les conventions stylistiques et apporter du sang neuf à l'automobile. Des figures emblématiques comme Raymond Loewy, Walter Teague, Henry Dreyfuss, Norman Bel Geddes et Harold Van Doren imaginent un nouveau courant artistique, le Streamline Moderne, qui consiste à appliquer des formes fluides sur des objets usuels comme l'architecture ou les transports. Raymond Loewy est à l'origine de nombreux emblèmes de l'American way of life, comme l'autocar Greyhound, le distributeur de Coca-Cola, etc. Il s'intéresse rapidement au domaine des transports et dessine ainsi les locomotives pour la Pennsylvania Railroad. Cependant, les constructeurs automobiles sont plus réticents à appliquer les principes du Streamline (ligne fluide) à l'automobile.

Les innovations apportées par l’Airflow sont nombreuses :