top of page
  • Photo du rédacteurCOCKPIT

Opel GT : La machine à record en électrique et diesel

Opel Elektro GT - 1971



1971 a été l’année où les astronautes d’Apollo 15 sont devenus les premiers à monter à bord d’un rover lunaire entièrement électrique après avoir atterri sur la Lune. Cette année-là, une Opel GT unique en son genre a également prouvé que les moteurs électriques n’étaient pas réservés aux voiturettes de golf. En effet, les 17 et 18 mai 1971, sur le circuit d’Hockenheimring en Allemagne, Georg von Opel a entrepris d’établir de nouveaux records de vitesse pour les voitures électriques avec une voiture de sport spécialement préparée et modifiée : l’Opel « Elektro GT ». En fin de compte, la voiture a établi six records du monde.



Petit-fils du fondateur d’Opel, Adam Opel, homme d’affaires prospère et athlète de classe mondiale, Georg von Opel n’a pas seulement tenté de battre le record avec l'« Elektro GT » et n’était pas seulement une « preuve de concept » pour l’avenir des véhicules électriques à batterie (BEV) ; C’était aussi la continuation d’une tradition familiale. Son cousin « Raketen-Fritz » (l’homme-fusée Fritz) a fait la une des journaux de 1927 à 1929 avec des démonstrations propulsées par fusée qui ont atteint leur apogée sur le circuit d’Avus le 23 mai 1928 avec la RAK 2 et une vitesse de pointe de 238 km/h.

L'« Elektro GT » était équipée de deux moteurs électriques à courant continu Bosch qui produisaient ensemble 88 kW (120 ch) de puissance continue et une puissance de pointe de 118 kW (160 ch).

Varta a fourni les quatre batteries nickel-cadmium installées à côté et derrière le conducteur. Avec 280 cellules, les batteries ont ajouté 590 kg aux 960 kg de la GT de série, soit un total de 1 550 kg, soit à peu près le même poids qu’une Opel Diplomat B.



La tentative de record de longue distance nécessitait trois cent soixante cellules, augmentant encore le poids à 740 kg. Avec un poids de 1 700 kg, la GT pesait alors le même poids qu’un camion Opel Blitz à empattement court. Le poids supplémentaire nécessitait des ressorts plus durs et Continental a développé des pneus haute pression spéciaux qui minimisaient au minimum le frottement de roulement.

Concernant le châssis et les moteurs, l’Opel GT sera plus sage que la Chevrolet, en empruntant ces éléments et d’autres à sa sœur Kadett. A l’époque, une voiture sportive est forcément dotée d’une motorisation alimentée à l’essence : pas question de bloc diesel ou de batteries de traction !

Et pourtant, cette voiture produite à l’usine de Bochum, dans la région de la Ruhr, entre 1968 et 1973, à un peu plus de 100.000 exemplaires, va expérimenter ces 2 architectures, avec l’objectif d’établir de nouveaux records.

Ainsi avec la GT Elektro dès 1971, puis l’année suivante grâce à une motorisation diesel empruntée à la Rekord et battue par un couplage avec un turbocompresseur.

Les modifications apportées à la carrosserie comprenaient la fermeture de toutes les entrées et sorties d’air à l’avant, un capot « plat » sans le renflement caractéristique de la GT de série pour le carburateur, la suppression des pare-chocs, des rétroviseurs et des poignées de porte, ainsi que le démontage complet des compartiments moteur et passagers.

Juste assez d’espace pour le conducteur : les batteries d’un avion de chasse remplissent l’habitacle

Un système de gestion électronique occupait le coffre et, fait unique pour une GT, l’arrière de la voiture comportait un grand aileron. Les feux arrière ont été retirés et les trous qu’ils ont laissés derrière eux ont simplement été recouverts. Un échangeur de chaleur a remplacé le silencieux du système d’échappement.

Une batterie de voiture conventionnelle, fournissant l’électricité pour l’électronique, se trouvait à l’avant du compartiment moteur où les moteurs électriques remplaçaient le moteur à essence. Les batteries (que l’on trouve le plus souvent dans les avions de chasse), montées dans des racks spéciaux, occupaient tout l’espace à côté et derrière le conducteur, lui laissant juste assez de place pour s’asseoir sur un siège normal.



Le 17 mai 1971, Georg von Opel établit quatre nouveaux records du monde pour les voitures électriques au volant de l’Elektro GT :


Cependant, la faible capacité énergétique des batteries Ni-Cd a empêché un nouveau record du monde sur 100 km à une vitesse constante de 100 km/h. La tentative s’est terminée après seulement 44 km.



Premier véhicule électrique électrique d’Opel, l’Elektro GT, a démontré qu’un véhicule électrique à batterie pouvait atteindre la vitesse d’une voiture de sport contemporaine. Aujourd’hui, 50 ans de développement et d’innovation plus tard, l’ancien coureur de haut niveau s’est transformé en Opel Corsa-e, un athlète polyvalent capable non seulement de sprinter de zéro à 100 km/h en 8,1 secondes, mais aussi de parcourir jusqu’à 337 km en WLTP1 sur une seule charge de sa batterie lithium-ion.



  • Pack de six : l’Opel GT modifiée établit des records du monde de vitesse pour les voitures électriques à batterie

  • Développement spécial : deux moteurs électriques, batteries d’avions de chasse, pneus haute pression

  • Strict nécessaire : Pas de prises d’air, de rétroviseurs ou de poignées de porte

  • Premier BEV avec le Blitz : « Elektro GT » est le prédécesseur de la Corsa-e d’aujourd’hui

  • Besoin de vitesse : Georg von Opel dans les traces de roues de son cousin et « homme-fusée » Fritz



Opel GT Diesel Rekordwagen - 1972


En 1972, Opel passe au record avec le Diesel. Une fois de plus, Opel soufle un vent de renouveau en utilisant les recettes quiont fait leurs preuves, Opel reprend ainsi en tout point la recette de la Corvette qui fut un important succès outre Atlantique. La voiture est un grand succès, plus de 100.000 exemplaires sont commercialisés jusqu’en 1973. Le moteur Diesel est dévoilé courant septembre 1972, la première Opel Diesel destinée à la commercialisation sera la Rekord D.



Le Coupé GT à moteur Diesel est un mariage que personne n’attendait. Et pourtant, au premier semestre 1972, une Opel GT modifiée s’équipe d’une telle mécanique pour glaner plusieurs records. Cette voiture s’équipe d’un quatre cylindres en ligne Diesel de 2,1 litres de cylindrée, turbocompressé, le tout développant 95Ch. L’opération promotionnelle pour lancer le Diesel chez Opel était lancée.



Pour l’occasion, une Opel GT est profondément remaniée pour la transformer en une monoplace équipée d’une bulle en plexiglas, un important travail sur l’aérodynamique et sur le poids est réalisé par les ingénieurs Opel. Du 1er au 3 juin 1972, six pilotes : Marie-Claude Beaumont, Henri Greder, Paul Frère, Jochen Springer, Giorgio Pianta et Sylvia Osteberg se relayent sur la piste d’essais d’Opel à Dudenhofen.

L’Opel GT Diesel réussi à battre deux records du monde ainsi que 18 records internationaux dans la catégorie des voitures à moteur Diesel entre 2 et 3 litres de cylindrée.



0 commentaire
bottom of page