Première participation de Cadillac aux 24Heures Le Mans, 1950



Le 17 octobre 1902, le premier exemplaire d’une Cadillac sort des usines de Detroit, mais il faut attendre 1950 pour qu’une Cadillac prenne le départ des 24 Heures du Mans grâce à Briggs Cunningham, qui en prend lui-même le volant avec Phil Waters et termine 11e au classement général.



Cadillac participe à l'édition de 1950 des 24 Heures Le Mans avec 2 voitures. Les deux Cadillac ont été préparées pour la course par Frick-Tappett Motors. Le coupé série 61 d’origine a reçu un réservoir d’essence supplémentaire, un collecteur à deux carburateurs conçu par Frank Burrell et des écopes d’air pour les tambours de frein. La voiture était en stock partout ailleurs. La série 61 modifiée était mécaniquement en stock, à l’exception d’un système à induction à cinq carburateurs. Les Français l'ont surnommé la voiture Le Monstre lors de ses débuts au Mans, puis le nom fut adopté par Cadillac.

Avec “Le Monstre”, la participation de Cadillac n’est pas restée inaperçue. Ce spectaculaire engin avait été réalisé à l’initiative du pilote américain Briggs Cunningham, histoire de mettre au défi les constructeurs européens qui dominaient l’épreuve. Sa carrosserie insolite mais surtout aérodynamique était taillée pour la vitesse et dans ses entrailles, était inséré le puissant V8 5.4 l d’une Cadillac Coupé de Ville.

Briggs Cunningham était un homme très riche. Son père, décédé lorsque Briggs n’avait que cinq ans, était un riche financier de Cincinnati, fondateur et président de la Citizen’s National Bank, directeur de la compagnie des chemins de fer de Pennsylvanie et principal actionnaire de Procter & Gamble. En 1930, Briggs se marie avec Lucie Bedford, petite-fille du co-fondateur de Standard Oil. Lors de leur lune de miel à Monaco, ils assistent au Grand Prix. Briggs Cunningham ne pensera plus alors qu’à la compétition. Après la guerre, il est le premier américain à posséder une Ferrari mais son ambition est de remporter les 24 Heures du Mans avec une voiture 100 % américaine.

Initialement, Briggs Cunningham projetait l’association d’une carrosserie Ford et d’une mécanique Cadillac, autrement dit une « Fordillac ». Cette voiture existait. Elle était l’œuvre de Bill Frick et Phil Walters, alias Ted Tappett, qui tenaient un garage à New York, le Frick-Tappett Motors. La Fordillac était équipée du V8 331 ci Cadillac et fut produite jusqu’en 1951. Les deux associés en vendirent une à Briggs Cunningham mais les dirigeants de l’Automobile Club de l’Ouest n’ont pas voulu en entendre parler. L’idée rejetée, Bill Frick sera tout de même missionné pour préparer les deux Cadillac Serie 62 Coupe DeVille retenues finalement pour concourir au Mans.

Le châssis était d’origine Cadillac comme le moteur V8 5.4 l de 162 ch à soupapes en tête alimenté par cinq carburateurs : un pour les bas régimes et les autres pour l’accélération. Avec sa tenue taillée pour la vitesse, le Monstre atteignait 210 km/h dans la ligne droite des Hunaudières, quand la version Coupé de Ville se contentait de 185 km/h.