top of page
  • COCKPIT

Sbarro Super Twelve & Super Eight : Les citadines à moteurs Ferrari



La Sbarro Super Twelve


La Super Twelve fut présentée au salon de Genève en mars 1982. Jusqu'alors, Franco Sbarro était connu essentiellement pour ses répliques de BMW 328 et quelques modèles originaux comme les tous-terrains Wind-Hound et Wind-Hawk ou le coupé sportif Stash. Des voitures plutôt imposantes dans l'ensemble. La Super Twelve, au contraire, surprend par ses dimensions réduites et se présente comme un concentré de voiture de sport : douze cylindres développant 240 chevaux enveloppés dans 3,10 mètres de polyester, et à peine 800 kg.

La Super Twelve possède quasiment les mêmes dimensions qu'une Austin Mini, à l'exception de la largeur : 1,75 m contre 1,40 m pour la Mini. Soit 35 cm de plus qui ne passent pas inaperçus ! L'agressivité est aussi due au passage d'un dessin très rectiligne à l'avant à des formes rondes à l'arrière, le tout renforcé par une peinture en dégradé (signée Andréini). Les larges prises d'air latérales, comme sur la Ferrari Testarossa qui sortira deux ans plus tard, indiquent la présence d'un moteur placé en position centrale arrière. La voiture est équipée de jantes Gotti (15 pouces à l'avant, 16 à l'arrière) chaussées de Pirelli P7. La calandre à lamelles est typique des créations de Sbarro de cette époque. Les feux arrière, teintés couleur carrosserie comme les vitres, sont parfaitement intégrés, donnant un aspect lisse à la poupe de la Super Twelve : seules dépassent les quatre sorties chromées d'échappement et la plaque en métal percée de dix trous les reliant.

L'habitacle est entièrement recouvert de cuir beige. Les sièges, des bacquets Recaro à harnais, sont séparés par une large console centrale. Le système audio haut de gamme est situé au plafond, tandis qu'un ordinateur de bord est placé à portée de main du passager.

La lunette arrière n'a pas de montant, à la manière des Citroën AX. Une fois ouverte, on peut ôter le cache en cuir beige pour laisser apparaitre le bloc moteur : un superbe 12 cylindres en ligne placé en position transversale. La particularité de ce bloc inédit est d'être constitué de deux moteurs de moto 6 cylindres 1300 cm3 d'origine Kawasaki. Chacun a conservé sa boîte manuelle à cinq vitesses : il y a donc deux boîtes actionnées simultanément par un levier commun unique par l'intermédiaire de deux tringleries. Les deux moteurs entraînent chacun une roue arrière et sont simplement reliés par des courroies trapézoïdales qui stabilisent les variations de régime. La voiture peut éventuellement rouler avec un seul moteur en cas de problèmes mécaniques. La puissance s'élève à 240 chevaux pour 800 kg, soit un rapport poids/puissance de 3,3 kg/cheval (4,3 kg/cheval pour une Lamborghini Countach LP500 de la même époque !!). Les accélérations sont donc excellentes avec 5 secondes pour passer de 0 à 100 km/h. Pour cela la vitesse de pointe a été un peu sacrifiée (200 km/h tout de même !).

Exemplaire unique, la Super Twelve avec son moteur si particulier n'est pas un modèle de douceur et s'avère assez difficile à maitriser. C'est la raison pour laquelle Sbarro a construit un deuxième exemplaire doté d'un moteur plus conventionnel : la Super Eight présentée en mars 1984.



La Sbarro Super Eight



Présentée en 1984, la Sbarro Super Eight fait suit à la Sbarro Twelve de 1981, qui était elle dotée d'un V12 d'environ 250 ch. Considérée comme plus civilisée que son aînée, elle demeure assez brutale avec son V8 de Ferrari 308 implanté en position centrale arrière. Ce moteur fort de 260 ch est associé à une boîte de vitesses manuelle à cinq rapports elle aussi d'origine Ferrari.

Capable d'atteindre 220 km/h environ, cette petite propulsion pesant de 800 kilos est munie de quatre freins à disque. Dans son annonce très brève, le propriétaire actuel indique qu'elle est homologuée pour la route et qu'elle est aujourd'hui encore dans un parfait état, ce que semblent confirmer les quelques photos publiées. Celles-ci nous permettent d'apprécier le look bestial de la Super Eight et de découvrir son habitacle douillet muni d'épaisse moquettes, de cuir et de placages en bois.



0 commentaire