• COCKPIT

ASA 1000 GT : La Ferrari 'Lowcost'

Des fois pour faire de grandes choses, il faut faire de petites choses. C'est la vision qu'on eut chez Ferrari et Porsche (un autre article à venir sur COCKPIT).

Enzo Ferrari il commandator avait une vision lointaine et une idée précise de ce qu'il voulait.

Chez Ferrari, l’idée d’étendre la gamme vers le bas n’est pas neuve ! Et pour cause : pour financer la dispendieuse Scuderia au programme compétition fort chargé, Enzo Ferrari avait même songé commercialiser une micro Ferrari de moins de 4 mètres et d’un litre de cylindrée !



Le Commendatore Enzo Ferrari songe de plus en plus à développer une mini Ferrari et commande à ses ingénieurs, un petit moteur à 4 cylindres de 850 cm³. Ce dernier se révèle prometteur, car il développe la coquette puissance de 75 chevaux ! Le moteur est testé intensivement dans une Fiat Coupé de série, avant que le projet ne soit remisé au frigo…


Chez Bertone, c’est le jeune Giugiaro qui a la charge d’habiller la petite Ferrari, il livre un dessin typiquement italien, avec des feux ronds, un arrière fuyant… Le premier prototype est assemblée en 1961 et achevé pour le salon de Turin de la même année, où la voiture y est officiellement présentée. Mais ce n’est pas sur le stand Ferrari que la voiture se trouve, c’est chez Bertone qu’il faut aller. Et aucun lien n’est fait avec Ferrari, la voiture n’affichant d’ailleurs qu’un drapeau comme logo. Entre temps, malgré l’état d’avancement du projet, Enzo Ferrari a tranché et décide de renier ce projet de peur d’écorner l’image de Ferrari et ses voitures à moteur V12. Celle qui était annoncée un temps que la Ferrari Dino 1000 voit son avenir s’assombrir.


Un petit quelque-chose de la 250 GTO !

En 1961, Ferrari caresse à nouveau cette idée de mini Ferrari. Les meilleurs ingénieurs de la maison sont mis sur le chantier, dont le célèbre Giotto Bizzarrini qui conçoit un châssis tubulaire assez similaire à celui de la… 250 GTO dont il est également l’auteur ! Quant au moteur, il voit sa cylindrée réalésée à 1.032 cm³. La puissance grimpe parallèlement et affiche pas moins de 91 chevaux à 6.800 tr/min. Pour l’époque et la cylindrée, cette valeur est tout bonnement phénoménale !