• COCKPIT

La mystérieuse histoire de la Noire

En désignant 'La Noire' ce n'est pas pour parler du Selecto de Hamoud Boualem, mais de l'une des Bugatti Type 57SC Atlantic créée par Jean Bugatti, fils de d’Ettore Bugatti.


Avant de vous raconter cette histoire, parlons d'abord de celle du modèle en lui même.


La Bugatti Atlantic 57SC Atlantic est une des voitures les plus belles, emblématiques et précieuses sur la route aujourd'hui. Elle à été conçue en 4 exemplaires uniquement, chaque exemplaire était peinte d'une colorie particulière. Cette version Atlantic à était inspirée du concept car Bugatti Aérolithe.

L'Atlantique a été nommé d'après l'ami personnel de Jean Bugatti, le pilote français Jean Mermoz. Pionnier de l’aviation française, il est le premier pilote au monde à traverser l’Atlantique Sud. Malheureusement, en 1936, Mermoz et son équipage se sont écrasés dans l'océan Atlantique après une panne moteur à bord. À l’origine, le s'appelait le Bugatti Aéro Coupé. Toutefois, après avoir appris la tragique nouvelle, Jean Bugatti a renommé la voiture en Bugatti Atlantic Coupé en hommage à son ami décédé.


“L’Atlantic compte parmi les nombreuses icônes qui ont jalonné la riche histoire de Bugatti. À l’époque, l’élégance, la qualité et la puissance de ce coupé en faisaient un modèle unique au monde, ce qu’il est encore aujourd’hui. Pour nous, cette supersportive de luxe constitue autant une source d’inspiration qu’un modèle à suivre. Avec nos hypersportives actuelles, la Chiron, la Chiron Sport et la Divo, nous entendons perpétuer cette tradition, dans l’esprit du style Bugatti.”, déclare Stephan Winkelmann, Président de Bugatti.



- La première produite, c'était en 1936, portait le numéro de châssis #57374 et fut celle du politicien britannique Baron Victor Rothschild. Sans compresseur, elle arborait une livrée bleu gris. Cette première des 4 Bugatti Type 57S c'est adjugée au prix record mondial historique de plus de 30 millions de dollars en 2010 à la Collection Peter Mullin (une des voitures les plus chères de l'histoire de l'automobile).

- La seconde produite, #57453, La Voiture Noire d'où vient l'histoire, elle est celle de Jean Bugatti lui même qui à voulu la garder pour son usage personnel et étant l'unique conducteur, on reviendra sur sa mystérieuse histoire.

- La troisième portant le numéro #57473 fut achetée par un homme d'affaires parisien, Jacques Holzschuh. Elle fut livrée en octobre 1936.

- La dernière Atlantic produite, marquée #57591, fut celle de l'avocat britannique Richard Pope, en mai 1938. Aujourd'hui dans la collection de Ralph Lauren, elle a failli disparaître quand son second propriétaire (Ralph Lauren en est le 5ème) resta coincé à un passage à niveau. Il périt dans l'accident et la voiture fut entièrement détruite. Et entièrement reconstruite, si ce n'est le moteur, perdu dans le drame.


Fait particulier de la Bugatti Type 57SC Atlantic, c'est quelle dispose d'une carrosserie constituée de deux demi-coques et d'ailesavec ses rivets inspirés de l'aéronautique (et le la tour Eiffel, autre symbole Français de l'éopque), 1200 au total pour assembler les tôles, certains pense que c'est purement esthétique. Conçu à la main et profilé pour la vitesse maximale fabriqué à partir d’un alliage de métal léger et de haute technologie appelé Magnesium Elektron (l’Elektron se compose à 90 % de magnésium et à 10 % d’aluminium), configuré spécifiquement pour l’Atlantique. Les panneaux de carrosserie de la voiture n'étaient pas soudés, ils étaient rivés l'un à l'autre, car Elektron était sujet à la combustion lorsqu'il était exposé à des températures élevées, ce qui donnait à la voiture sa couture caractéristique.



L'Histoire de La Voiture Noire est courte et mystérieuse. Cette Bugatti Atlantic, châssis n ° 57453 , appartenait à Jean Bugatti, le père de la Bugatti Atlantic .On l'appelait "La Voiture Noire". C'était le premier Atlantique à être équipé de la spécification "C" en dehors de la chaîne de production. Le châssis n ° 57453 est devenu la voiture d’affiche de la marque et a été exposé aux salons de Nice et de Lyon en 1937.