• COCKPIT

Rolls-Royce: Le Spirit Of Ecstasy illuminé de Rolls-Royce interdit en Europe

Un des emblèmes les plus mythiques et plus prestigieux de l'histoire de l'automobile, à savoir la statuette "Spirit Of Ecstasy" de Rolls-Royce, fait parler de lui. Si le simple fait de la voir fait immédiatement référence au Luxe et à l'image de sa marque, pour d'autres, trop le montrer et vu du mauvais œil. En effet, la statuette apposée depuis 1911 n'à subit pratiquement aucun changement, sauf, signe des temps modernes, Rolls-Royce se permet une fantaisie en illuminant son Spirit Of Ecstasy. Mais cela ne semble pas être du gout de tout le monde puisque Rolls-Royce devra supprimer le symbole lumineux « Spirit of Ecstasy » de tous ses modèles suite à une interdiction de l’Union européenne, qui vise à lutter contre la pollution visuelle, une Option proposée pourtant depuis plus de 4ans et qui vaut 4 000 euros.

Rolls-Royce a présenté, pour la première fois, le «Spirit of Ecstasy» illuminé dans le prototype du véhicule électrique 102EX en 2011. L’option serait disponible, peu de temps après, dans le Phantom, dans la génération précédente de Ghost, dans Dawn, dans Wraith et dans Cullinan.

Après avoir contacté plusieurs propriétaires de véhicules de la marque, Rolls-Royce a confirmé que cette option devait être retirée en 2019 en raison de modifications de la législation communautaire sur l’éclairage des voitures, intégrant un ensemble de mesures de lutte contre la pollution visuelle.

En février 2019, Rolls-Royce a adressé une note aux concessionnaires, indiquant que l’éclairage du «Spirit of Ecstasy», qui coûtait 4570 euros, n’était plus disponible,

En outre, les propriétaires de véhicules équipés de ce symbole devaient également le retirer et le remplacer.

La marque souligne qu’elle a dû abandonner cette option pour des raisons juridiques et qu’elle contactera les clients pour rembourser la valeur de cette option.

Alternativement, il propose de remplacer le symbole «Spirit of Ecstasy» par une unité en argent ou toute autre option sur la liste d’équipement. La marque considère que c’est son obligation morale.