Alpine GTA Le Mans : je t'aime moi non plus

Rarement voiture a suscité autant de critiques à son lancement. Sortie en 1991 de l’usine Alpine de Dieppe, la GTA Le Mans a en effet cristallisé en son temps la frustration des passionnés d’automobiles françaises. En cause ? Son moteur catalysé d’à peine 185 chevaux à l'époque où Porsche poussait sa 911 turbo (964) à 316 chevaux, la GTA Le Mans semblait faiblarde aux yeux de la presse et de l’opinion d’alors.


Des origines germaniques

Alpine n’a pas rencontré le succès escompté avec la remplaçante de la A310, dite Alpine GTA. Celle-ci manque quelque peu de caractère. Depuis sa sortie en 1985, les ventes étaient décevantes et Alpine s’efforçait de proposer des variantes attrayantes, en attendant de finaliser le développement de la A610. Différents préparateurs proposèrent ainsi des versions plus pimentées de la GTA. On se souvient notamment de la GTA dite Pierangeli préparée par le Centre Alpine de Boulogne, qui intégrait des améliorations moteur et châssis.

Mais c’est en Allemagne que naîtra l’idée de la GTA Le Mans. Heinz Christian Kleinemeir, concessionnaire Renault et adepte du tuning, y met en vente en 1987 un kit carrosserie pour l'Alpine GTA qui marquera les esprits jusqu’en France. Les ailes et la face avant sont en effet retravaillés et un bas de caisse est ajouté, agrémenté de jantes en aluminium du plus bel effet. La préparation plait à Jacques Martin (PDG de l’usine Alpine) et à Patrick le Quément (responsable du service design de Renault). Et voici que débute l’aventure de la GTA Le Mans. Les dessins du kit sont rachetés à Kleinemeir et mis en conformité pour homologation.

La Le Mans sort des chaînes de production début 1990. 325 seront construits jusqu'en février 1991 (dont 26 en conduite à droite). Il s’agit d’une version suréquipée de la GTA, avec des options telles que des surtapis, une planche de bord en cuir foncé, des seuils de portes signés « Le Mans ». Des échappements ronds sont ajoutés dans le bouclier, et 3 couleurs seulement sont proposées (Bleu Alpine, Rouge Impérial et Vert Scarabée). La voiture est belle, assurément, mais suscitera néanmoins la controverse dès sa sortie.