Convertir un moteur fonctionnant à l'essence plombé à un moteur sans plomb

Depuis le 1er juillet 2021, la Société Nationale NAFTAL de distribution de carburant à arrêté de distribuer de l'essence plombé, reste a son catalogue l'essence sans plomb, le gasoil et le GPL/C - GNC.

Le passage de l'essence plombé au sans plomb n'est pas sans conséquence, notamment pour les voitures anciennes. En effet, les anciens moteurs ainsi que certains moteurs récents conçus à rouler à l'essence plombé destinés à certains marchés, on besoins impérativement de plomb pour lubrifier les siéges de soupapes et d'augmenter l'indice d'octane de l'essence grâce à son rôle d'antidétonant qui évite que le mélange air-essence n'explose trop tôt.

A l’époque, les sièges de soupapes sont usinés dans la matière première de la culasse qui est une pièce dites “coulée”, de la fonte généralement. Or la dureté des pièces coulées est assez faible et nécessite un niveau élevé de protection là où le métal est battu avec force. Le plomb, dans sa forme oxydée, avait donc pour seconde mission de jouer le rôle d’amortisseur entre la soupape et son siège et permettait ainsi de “refroidir” et protéger les têtes de soupapes ainsi que leurs sièges dans la culasse.



L'essence au plomb (Tetraethyl) a fait son apparition dans les années 20 et qu'avec le temps, les moteurs devenant plus performants et donc nécessitants donc plus d'octane, donc plus additif au plomb devient de plus en plus nocive pour la santé, le plomb représente alors un tiers du poids des particules émises par les gaz d'échappement. Il devient alors interdit dans la majorité des pays en commençant par les États-Unis d'Amérique en 1975, les pays Européens suivent bien plus tard dans les années 90, mais c'est l'obligation du pot catalytique qui va faire donner un grand coup, à l'essence au plomb, le 1er janvier 1993 pour les moteurs essence et le 1er janvier 1997 pour les moteurs diesel, même si c'est derniers ne sont pas concernés par le plomb puisque les moteurs diesel n'en nécessite pas, puis c'est la Directive Européenne 98/70/CE qui va sonner le glas en 1998 en l'interdisant son utilisation. Cependant en France comme dans la plupart des pays Européens, la substitution définitive de l’essence sans plomb sur l’essence plombée est appliquée depuis le 2 janvier 2000. Cette suppression a permis de réduire les émissions de plomb dans l'atmosphère de 60% depuis les années 80.

C'est au milieu des années 80, les constructeurs anticipent l’arrêt du plomb dans l’essence et commencent à concevoir des moteurs pouvant fonctionner au sans plomb. Les sièges de soupapes seront désormais en acier trempé et non plus en fonte et n’auront donc plus besoin du plomb pour les “protéger”. Dans le même temps, les progrès de raffinage, l’ajout de MTBE (Methyl Tertiary Butyl Ether) dans l’essence et différentes techniques permettent d’augmenter l’indice d’octane et donc de conserver l’effet anti-détonant sans avoir recours au plomb. C’est alors que la majorité des véhicules mis en circulation après 1987 seront équipés pour fonctionner à l’essence sans plomb.



En Algérie, ce n'est que maintenant qu'on le distribue plus, mais si ça fait quelques années que l'idée était étudiée. Mais faut savoir que le parc roulant en Algérie est composé d'un fort pourcentage d'ancienne voiture qui roulent en essence plombé et qu'une grande partie est utilisé par le secteur économique. Un manière de laisser tourner l'économie à bas coup au détriment de la santé publique. Quoi qu'il en soit, que ce soit pour des véhicules devant continuer à rouler pour des raisons économiques ou simplement pour les passionnés d'anciennes voitures a qui ont pense fort, quels sont solutions pour eux pour continuer de rouler ?