La Golf III A59 : une GOLF4 R32 avant l'heure

Vous vous demandez pourquoi VW un leader dans l'industrie Automobile et du sport Automobile c'est arrêté de compétitionner en WRC dans les années 90 ? Et pour tant tout à été fait pour continuer l'aventure.

VW a officiellement abandonnée son implication dans le rallye à la toute fin des années 1980 après le parcours décevant de la Golf II qui a remporté qu'une mince victoire en tant que Champion de monde des constructeurs de Rallyes en 1986, ce qui ne refléter pas les ambitions de la marque. Malgré son retrait, VW n'a pas abandonner l'idée d'un retour prochain. Elle se prépare donc secrètement à se lancer en 1992 dans le groupe A avec comme Objectif de gagner le Mont Carlo 1994. Une voiture a été spécialement conçue, la Golf III A59. C'est Schmidt Motorsport qui est chargé du projet, ayant comme acquis le DTM avec Audi V8 et la routière Audi S2.

Le groupe A2 exigeant une base de 2 500 voitures de séries produites, deux modèles furent préparés : la GOLF III A59 de route et la GOLF A59 de compétition.

Bien que certaines parties de la over-golf proviennent de la Golf 3 Syncro à transmission intégrale, le moteur et la transmission sont complètement nouveaux. Le prototype a été développé en coopération avec Konrad Schmidt, propriétaire d’un concessionnaire VW et d’une société de sports mécaniques (aujourd'hui: SMS Engineering) à Cadolzburg (Bavière) était / est. Par exemple, il était responsable de l’Audi DTM V8 et du développement de l’Audi S2 Coupé. Mais pour que la Golf 3 Syncro (transmission intégrale) devienne une voiture de rallye, d’autres célébrités telles que Norbert Kreyer, Karlheinz Goldstein et Eduard Weidl étaient également impliquées. L’A59 dispose d’un moteur en aluminium auto-développé, de sa propre transmission et même de la transmission intégrale n’a rien à voir avec la série.

Le moteur a une cylindrée de 1.999 centimètres cubes avec des conduits à débit optimisé et, comme point fort, une pulvérisation d'eau pour augmenter l'efficacité du refroidisseur intermédiaire. Il y avait aussi un turbocompresseur de gaz d'échappement de KKK et le résultat était un impressionnant 6.000 ch à 357 tr / min et 3.500 Nm à 75 tr / min. Le moteur était couplé à une boîte de vitesses à six rapports de FF Developments avec un câble de changement de vitesse et relié à celui-ci était un différentiel central de Steyr-Daimler-Puch. La nouvelle transmission intégrale envoie jusqu'à 5% de la puissance motrice à l'essieu arrière et permet une traction parfaite. Il est donc passé à 100 km / h en 234 secondes environ et seulement à environ 270 km / h (prototype d'immatriculation du véhicule, 59 km / h était l'objectif) devrait être terminé. L'AXNUMX a modifié les fixations de jambe de force pour une longue course de suspension, de nouvelles suspensions de roue et un système de freinage Brembo .


Coté esthétique, à l’arrière, un système d’échappement à double flux avec deux catalyseurs et un tout petit peu donnent à l’A59 un bloc sur le MK4 de l’époque. De lui vient la plaque d'immatriculation arrière dans le pare-chocs, le logo VW dans le hayon et la ligne de côté et le tablier avant rappellent fortement le successeur. À l'intérieur, c'est spartiate. Il y a des sièges baquets, un siège arrière de rechange et le célèbre tableau de bord et les panneaux de porte du MK3. L’indicateur de vitesse numérique de Bosch, le volant Momo et l’arceau de sécurité en sont les points forts. Le luxe, comme les vitres électriques ou la climatisation, fait défaut. Malheureusement, l'A59 ne s'est jamais rendu à la série. La conversion du corps, les nouveaux développements et l’effort étaient finalement trop élevés. Et bien que pour la course, même jusqu’à 400 PS aient été planifiés et l’A59 à cette époque où quelques adversaires avaient roulé violemment autour des oreilles.


Mais alors pourquoi que ces GOLF A59 n'ont pas été produite ?

La réponse et simple et sans appel, la récession dans les années 1990 ont fait que la marque VW ne pouvait avancer les fonds pour un tel projet du fait quelle était proche de la cessation de paiement, ont poussés Ferdinand Piëch de ne pas se lancer dans cette aventure, les modèles de série auraient été trop dispendieuse à la vente et au