Les options innovantes des Packard des années 30

Packard était une marque automobile américaine de luxe construite par la Packard Motor Car Company de Détroit, Michigan, États-Unis. C'est parmi les plus anciennes marque automobiles dans le monde, elles furent produite de 1899 à 1956. La marque fut précurseur de nombreuses innovations.

La première qui retient notre attention par son originalité, c'est le capuchon mascotte qui fait office aussi d'antenne radio qui se trouve logée dans les plumes du pélican. Cette mascotte pélican surnommé le « Cormoran » est d'un design très stylisé pour se lier aux armoiries de la famille. Elle est apparue dans les années 1930. Une option proposée uniquement sur quelques modèles de la marque dans les années 30 et 40.

Parmi les autres innovations de la marque durant cette époque, on a :

  • En 1939, suite à la récession de 1938, Packard qui introduit "Econo-Drive", une sorte d’overdrive capable de réduire le régime du moteur de 27,8%. Il pouvait être enclenché à n’importe quelle vitesse supérieure à 30 mi/h (48 km/h). La même année, l’entreprise a lancé un cinquième amortisseur transversal et a rendu le changement de colonne (connu sous le nom de Handishift) disponible sur les 120 et six;

  • En 1941, la Packard Motor Company a présenté la première voiture climatisée au quarantième Salon de l’automobile de Chicago, dans l’Illinois, aux États-Unis. Le “Weather Conditioner” était une option de 279 $ (l’équivalent de 5 000$ aujourd’hui) qui obligeait le Packard One-Eighty à se rendre dans une deuxième usine pour y être installé, car l’unité était connectée au moteur et occupait la moitié de l’espace du coffre; Packard a présenté cette solution non seulement pour son confort, mais aussi pour son intimité, puisque les passagers pouvaient enfin arriver sans avoir les fenêtres baissées. L’air dans la voiture était refroidi, déshumidifié, filtré et recyclé, et de la chaleur était fournie pour être utilisée en hiver. Les serpentins de réfrigération étaient situés derrière les sièges arrière dans un conduit d’air, les serpentins de chauffage se trouvant dans un autre compartiment du même conduit. La capacité de l’unité équivalait à 1,5 tonne de glace en 24 heures lorsque la voiture roulait à 100 km/h. L’énorme évaporateur laissait peu de place pour les bagages dans le coffre et le seul moyen de l’éteindre consistait à s’arrêter, à soulever le capot et à retirer la courroie du compresseur. L’option ne s’est pas bien vendue (il n’y avait aucun moyen de contrôler le débit) et Packard l’a abandonnée après 1942. Il a été remplacé par des systèmes plus efficaces au cours des années d’après-guerre.