• COCKPIT

Les Peugeot Coupé Sport : ses "missiles" qui devaient conquérir les USA

En 1982, quand Peugeot voulait se lancer à la conquête des USA et y mettre son second pied après l'épisode des taxis Peugeot que vous pouvez voir en cliquant ici.



Destiné à compléter la gamme Peugeot et à conquérir le marché outre Atlantique, le premier essai est le 504 Coupé dessiné par le carrossier italien Pininfarina (comme par tradition). Il devait être motorisé par un bloc V6 à injection de 121 chevaux ou un 2.2 litres turbo compressé de 165 chevaux. En 1979, un premier prototype a dépassé la barre des 205 km/h. Le 504 Coupé Sport USA devait être commercialisé en mars 1982, mais « les difficultés financières de Peugeot et la part trop grande du risque sur le marché US conduisirent à l’abandon du projet E27 ».



Deuxième essai, en 1983, la société Cars & Concept, sur un cahier des charges de Peugeot Motors of America, réalise donc deux prototypes uniques, un coupé, et un cabriolet ( plus en phase avec les habitudes américaines), sur la base de la vénérable 505 et donc les designs sont signés Pininfarina. Dès 1983, des négociations furent menées dans ce sens, afin d'en produire 4000 par an. Hélas, comme pour la 504 Coupé, entre l'échec des négociations avec AMC, le rachat d'un Chrysler Europe qui a vidé les caisses, la crise du pétrole de 79 qui renverse le marché et enfin un Lee Iaccoca (un homme d'affaires américain, principalement connu pour avoir dirigé Ford Motor Company de 1970 à 1978 puis Chrysler de 1978 à 1992) qui ne tient pas ses promesses de coopération, Peugeot n'a pas les reins assez solides pour se permettre de prendre des risques sur un marché qu'il ne connait pas assez. En interne, la déception sera grande. Il n’y aura pas de déclinaison exotique de la 505. Ainsi, ces deux autos développées sur la base de la 505 (2.0 L, 97 ch pour la cabriolet et 2.2L Turbo, 150 ch pour le coupé) avec un empattement légèrement raccourci et une ligne arrière qui n’est pas sans rappeler un certain coupé BMW serie6 ! n'irons pas concurrencer sur les Terres Américaines (n'y ailleurs). la Japonaise Fairlady Z, rien que ça.



Et pour finir, un peu plus tard, ça va être au tour de la Peugeot 405 à proposer sa version Coupé, le dernier essai de Peugeot, qui ne sera lui aussi pas transformé. C'est sur la base de la Peugeot 405 MI16 que Heuliez démarre ses études pour une version deux portes de la berline. Une maquette roulante est présentée à la direction de la marque franc-comtoise. Les deux cotés de la voiture sont asymétriques afin de proposer deux versions différentes, dont l'une à moindre coût. La voiture est ensuite exposée sur le stand du carrossier au Salon de Genève en mars 1988. Comme les prédécesseurs coupés et cabriolets 505 destinées au marché nord américain, le coupé 405 USA restera unique et ne sera jamais produit en série.



Toutes ses concepts prendront alors la direction du musée Aventure Peugeot, à Sochaux (France) où ils sont toujours. Dommage car on aurai préféré les voire sur les routes.


Pour le plaisir, une publicité TV de la Peugeot 505 au U.S.A. qui montre l'agressivité et l'envie de l'époque à conquérir le marché Américain.


0 commentaire