• COCKPIT

Mercedes Flèches d'argent : Le "00 sbigha" qui donne naissance au mythe

Dernière mise à jour : 22 nov. 2021


Tout a commencé en 1934, après une épreuve de GP. de l’époque pré-Championnat du Monde de F1 – créé officiellement en 1950 – sur le légendaire Circuit de l’Eifel Allemand, LE NÜRBURGRING, où Von BRAUCHITSCH, le pilote vedette de l’écurie MERCEDES l’emporta avec une facilité insolente et en battant le record de la piste et ce à l’occasion d’une épreuve Internationale, dénommée : l’EIFELRENNEN !

Ainsi, en 1934, l'Association Internationale des Automobile Clubs Reconnus (AIACR), ancêtre de la FIA qu'on connait aujourd'hui, impose à ce que les véhicules ne fassent pas plus de 750 kg, sans carburant, ni huile, ni liquide de refroidissement et sans pneus. C'est cette même année que Mercedes-Benz développe la W25. D'architecture classique, elle disposait d'une propulsion arrière, entraînée par un moteur 8 cylindres en ligne de 3,4 litres suralimenté, monté à l'avant et produisant une puissance de 354 ch (260 kW).

Mais voilà, la Mercedes-Benz W25 de Manfred von Brauchitsch pèse 751 kg la veille de l'EifelReinen. Alfred Neubauer, alors à la tête de la compétition au sein du constructeur allemand, décide de poncer la carrosserie de la voiture qui était peinte en blanc, laissant apparaître le gris de l'aluminium, il n’y avait plus que les mécanos qui étaient habillés de blanc. Allégée, la W25 peut s'engager pour la célèbre course. Manfred von Brauchitsch s'impose le lendemain, battant le record de piste avec une vitesse moyenne de 122,5 km/h.

La Mercedes-Benz W25 reste en compétition jusqu'en 1937, dernière année de la règlementation des 750 kg. Au fil des années, elle a régulièrement été développée. Son moteur a connu un bond en avant, passant en fin de période à 4,7 litres maximum, pour une puissance de 475 kW (646 ch).

F1 1934 – La Mercedes blanche devenue argentée avec tout le Staff en 1934-© Mercedes



0 commentaire