top of page
  • Photo du rédacteurCOCKPIT

Porsche 953-911 Dakar 1984 : la validation passe par les essais en Algérie, et c'est gagnant



Après qu’Audi soit devenu champion du monde des rallyes en 1982 avec son Quattro à quatre roues motrices, l’écriture était sur le mur pour les machines traditionnelles à deux roues motrices.

Bien que la spéciale 037 Groupe B de Lancia ait éclipsé la Quattro basée sur la production en 1983, ce serait la dernière fois qu’une machine à deux roues motrices remporterait un titre mondial de rallye.

Au début de 1983, le pilier de Porsche, Jacky Ickx, avait remporté l’épuisant Rallye Paris-Dakar au volant d’une Mercedes 280 G Wagon d’usine. Dans les semaines qui suivent, l’as belge convainc Porsche qu’il devrait participer à l’épreuve de 1984 ; Ickx était sûr qu’une 911 à quatre roues motrices aurait la mesure de n’importe quoi d’autre dans la compétition.

Malgré un programme de compétition chargé qui comprenait le moteur F1 de marque TAG pour McLaren et la voiture de sport 956 / 962, Porsche a accepté; La transformation d’un système à quatre roues motrices dans une 911 serait un exercice de développement utile pour une autre nouvelle voiture de course qu’ils avaient dans leur manche: la 959 du groupe B.

Dans cet esprit (et avec le soutien de Rothmans), la direction de Porsche a approuvé un programme de trois ans pour le Paris-Dakar pour 1984, 1985 et 1986. Une machine basée sur la 911 sera lancée lors de l’événement de 1984, suivie de 959 prototypes en 1985 et 1986.

Bien qu’ils soient surtout connus pour leurs exploits dans les courses de voitures de sport, Porsche n’était pas étranger au rallye longue distance. àAu cours des années 1970, ils s’étaient lancés dans diverses tentatives au Safari Rally, plus récemment avec une attelle de 911 Super Carreras dos au Martini convenablement modifiée qui a terminé deuxième et quatrième en 1978 à la grandissime épreuve africaine classée au Championnat du Monde des Rallyes que tout constructeur automobile désirait fortement remporter.

Helmuth Bott (Directeur de Recherches & Développement, et coordinateur en chef des "expérimentaux" au Centre de Weissach auprès de la Firme Porsche de 1977 à 1988) déclara : << Les Porsche 911 SC ont échoué de peu au Kenya ! Forts de notre expérience, nous vaincrons alors au Paris-Dakar ! Que les ingénieurs se mettent au travail. >>

De retour à Stuttgart, l'équipe au complet et les trois Super Carrera dans les ateliers de Zuffenhausen reçoivent la visite de Ernst Fuhrmann - Président de Porsche :

<< Messieurs, vous avez tutoyez la victoire. Cet insuccès de justesse n'est pas tragique car la précieuse expérience acquise servira à Porsche dans un proche avenir. Nous reviendrons et nous nous attaquerons à nouveau au Safari-Rallye. Ce titre nous manque et nous voulons le remporter un jour. >>

En trois phrases... Le challenge était relevé !!



Six mois plus tard, en septembre 1983, une première 911 SC 4x4 était prête à aller affronter les sables dans les oasis du Sud-Algérien pour des essais grandeur nature !

Pour cela, ils ont utilisés un prototype à base de SC (enregistré BB PW 992). Sur le plan technique, la 911 est totalement remaniée. Elle reçoit le moteur atmosphérique de 3,2 litres dont la puissance est limitée à 225 CV à 5.800 tr/min afin de garantir la fiabilité.


Ickx et Brasseur ont roulé dans la Porsche et Goossens (PDG de TXACO) et Helmuth Bott (Directeur Technologique de Porsche) ont accompagné l'équipe dans une Jeep.

Terminé cette semaine d'"ambiance", l'équipe a laissé la Porsche à Roland Kussmaul qui allait terminer les tests techniques.

Après ce travail effectué dans les premiers mois de 1983, la marque a décidé alors qu'elle participerait à Dakar mais il fallait le faire en 4x4.



Un trio de 953 a ensuite été assemblé : WPOZZZ91ZES100020 (BB PW 604), WPOZZZ91ZES100021 (BB PW 846) et WPOZZZ91ZES100022 (BB PW 528).



Participation au Rallye Paris-Alger-Dakar 1984



1984 est la sixième édition du Paris-Dakar. L’événement a traversé huit pays au cours desquels les participants ont pu découvrir certains des terrains les plus difficiles et les plus inhospitaliers imaginables.

Dirigée par Roland Kussmaul, chef de projet – ainsi que par lui-même pilote, la 911 Carrera 3.2 4x4 Paris Dakar (953) a été développée pour affronter les meilleurs pilotes et voitures tout-terrain du monde. Ce qui allait transpirer au moment où le drapeau à damier a été agité 20 jours plus tard à côté du Lac Rose au Sénégal, était peut-être au-delà même des rêves les plus fous d’Ickx et Kussmaul. Trois voitures ont été engagées dans cette course épique, d’une longueur d’environ 11 000 km – l’une pilotée par Ickx et son copilote Claude Brasseur, une autre par le Français René Metge et Dominique Lemoyne, tandis que la troisième était pilotée par l’homme central de sa création, Kussmaul, et son copilote, Erich Lerner.

Après près de trois semaines de conduite intense, Metge et Lemoyne ont mené leur voiture à une victoire générale époustouflante lors de la sortie inaugurale d’une 911 en course – la première fois qu’une voiture de sport remportait une épreuve qui était devenue alors l’un des temps forts du calendrier du sport automobile. Bien qu’ils aient chuté à la 139e place après un incendie de câble, Ickx et Brasseur ont finalement réussi à remonter à la sixième place à la fin de la course, en grande partie grâce à la vitesse, à l’agilité et à la capacité de transmission intégrale de la 911 Carrera 4x4 (953). Kussmaul et Lerner, quant à eux, ont terminé à une très honorable 26e place.



« Engager une 911 contre quatre roues motrices, des véhicules tout-terrain classiques dans le désert du Ténéré et le [haut plateau de] l’Assekrem en Algérie semblait absolument fou aux gens. Personne n’aurait parié un centime là-dessus », a déclaré Jacky Ickx plus tard, en se remémorant la course.


0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page