• COCKPIT

VW Beetle Antarctica : des Coccinelle chez les Manchots



En 1963, la Volkswagen Beetle est devenue la première voiture de série à explorer l’Antarctique sous les auspices d’ANARE, l’Australian National Antarctic Research Expeditions. Surnommée Antarctica 1 et peinte en rouge rubis afin de se démarquer dans la neige, la voiture a été fournie gratuitement par la division marketing de VW, qui souhaitait démontrer les capacités du véhicule dans toutes les conditions météorologiques. Il a ensuite joué dans une campagne publicitaire la vantant aux côtés de manchots interloqués.



Transporté via un brise-glace, Antarctica 1 a passé un an à la station Mawson éloignée d’ANARE, en compétition avec des équipes canines et des véhicules à chenilles plus grands, tels que le Snowtrac, selon le livre Knowing Australian Volkswagens: A Definitive History of the VW in Australia. « Soumis à des neiges étouffantes, à un froid glacial (-52 °C) et à des vents de 200 km/h, il s’est avéré excellent pour courir autour de la station et de courtes traversées du pays glacé. Refroidi à l’air, il n’a jamais gelé; hermétiquement scellé, il était à l’abri de la neige dérivante... Les scientifiques l’appelaient leur 'Terreur rouge'. »


L’Australie a une fière histoire d’exploration en Antarctique, le grand continent austral gelé. Couvrant 14 millions de kilomètres carrés et presque toutes les vastes calottes glaciaires gelées de milliers de mètres d’épaisseur, elle est plus d’une fois et demie plus grande que l’Australie. C’est l’endroit le plus froid sur terre. Équipée de chaînes à neige, la voiture pouvait tout faire, du « remorquage des skieurs à l’installation récréative de Rumdoodle à la conduite de glaciologues sur trois ou quatre kilomètres sur la glace de mer pour tester son épaisseur. Les récits de ces excursions décrivent des vents allant jusqu’à 100 mph, qui plus d’une fois « tournaient les portes à l’envers, en remplaçant les contre-tiges de porte et en pliant les portes contre les enjoliveurs avant. » Facilement sorti des dérives profondes, le Bug « a donné un très bon service avec un minimum de souci à la section mécanique, qui n’avait qu’à l’entretenir et à l’alimenter en essence régulièrement».



À son retour en Australie après un an de service, Antarctica 1 a remporté le RALLYE BP 1964 après des réparations relativement mineures. Pendant ce temps, il a été remplacé par ANARE par une VW similaire de 1964 nommée « Antarctica 2 » et peinte en orange international qui a servi un tronçon beaucoup plus long, restant dans la friche gelée jusqu’en 1969.



Le véhicule de remplacement avait également un autocollant du drapeau australien sur les panneaux latéraux, mais les logos des portes étaient différents. Le logo rond ANARE n’était plus, remplacé par un design triangulaire avec un sceau (ce design est encore utilisé aujourd’hui par le club ANARE, le groupe social des anciens membres du personnel d’ANARE). Le nouveau logo de porte permet une identification facile entre les deux VW orange sur les photos. La VW de remplacement n’avait pas de galerie de toit, contrairement aux précédents Antarctica 1 et 2. Cet échange quelque peu secret de deux VW orange presque identiques est la raison d’une confusion et d’une contradiction considérables aujourd’hui sur la question de savoir s’il y avait vraiment un « Antarctica 3 ». Officiellement, il n’y en avait pas, car la VW orange de remplacement était toujours appelée « Antarctica 2 ». La VW cassée avait déjà eu ses plaques « ANTARCTICA 2 » souvenirs avant d’être chargée, et la VW de remplacement ne les avait jamais installées, donc à part le logo latéral et pas de galerie de toit, elles semblaient être les mêmes. Volkswagen Australasia aurait été réticent à révéler que Antarctica 2 était remplacé à cause d’un moteur qui ne fonctionnait pas. Mais après les VW Antarctica 1 & 2, il n’y avait aucun moyen que l'on appel la Antarctica 3, elle sera donc appelé la 41/4.



Après un an sans VW sur la base, 41/4 a été travaillé plus dur que les deux premières voitures. Il avait une étanchéité supplémentaire dans le compartiment moteur pour aider à faire face à être laissé à l’extérieur dans des conditions de blizzard. La nouveauté d’avoir une VW sur la base s’était estompé, et c’était juste un autre véhicule de travail qui était à peine mentionné dans les rapports, sauf pour dire qu’il était « utile » et « fonctionnait bien toute l’année ». Les publicités de Volkswagen ne faisaient plus aucune mention des VW antarctiques. Au contraire, en 1966, la promotion de VWA portait sur la nouvelle Coccinelle 1300cc de 50 ch, bien que toujours avec la carrosserie de 1961-62.

41/4 n’a pas posé de problèmes majeurs, malgré un certain coup dur au cours de sa plus longue période de service et de plusieurs hivers antarctiques. Les chaînes à neige, par exemple, auraient fouetté les garde-boue à moins d’un micron de leur vie. Les ateliers Mawson ont pu stocker un stock de pièces de rechange VW pour le service et la réparation, et bien sûr, les ingénieurs étaient à portée de main avec le soudeur à ce moment-là.

Au début de 1969, 41/4 a été témoin d’une certaine excitation sur la piste d’atterrissage de Rumdoodle. Les Russes visitaient occasionnellement, volant généralement leur Lisunov Li-2, une version du DC3 construite sous licence montée à ski.



Le scientifique australien Ian Allison et le mécanicien Ken Withers se sont rendus à la bande de Rumdoodle en 41/4 quelques jours plus tard pour inspecter et documenter les dégâts. Ken Withers a pris la photo, qui a été prise entre le 10 et le 12 avril 1969. C’était longtemps après que le dernier navire de ravitaillement Mawson pour l’année soit passé, ce qui établit que 41/4 a dû rester à Mawson jusqu’à l’été suivant, vers février 1970, avant d’être finalement renvoyé à la maison. Lorsque la vie professionnelle de 41/4 a été jugée terminée et qu’elle a finalement été rendue à l’Australie en 1970, la structure VW de Melbourne était très différente. L’usine de fabrication de Clayton VW n’était plus, étant convertie uniquement en atelier d’assemblage pour les kits Nissan, Volvo et VW CKD. La société de vente appelée Volkswagen Australia était maintenant une division de LNC Industries à Sydney, qui étaient donc les propriétaires techniques d’Antarctica 41/4.



Néanmoins, il a fait une tournée promotionnelle des concessionnaires Volkswagen à Victoria, comme Antarctica 1 l’avait fait six ans plus tôt. L’un de ces points de vente était Smiths de Ringwood, à Melbourne, où le directeur des ventes de l’époque, Kevin Edwards, se souvient que la salle d’exposition de Whitehorse Road était particulièrement adaptée à un tel rôle. 41/4 est resté exposé par les concessionnaires pendant plusieurs années, mais les temps passaient et la voiture orange usée a été rapidement oubliée. À un moment donné, il a été déplacé au siège social de Sydney à North Ryde.



En 1972, Volkswagen Australie a offert la 41/4 au concessionnaire et pilote de course VW de Sydney, Chris Heyer, qui participait à la série Firestone Rallycross au Catalina Park à Katoomba. Chris a dépouillé la voiture, reconstruit la mécanique et l’a convertie en un véhicule de sport automobile en terre battue. Avec le parrainage du Manly Volkswagen Centre, il l’inscrit en tant que numéro 51 de la série Rallycross en 1972 et 1973. Il était méconnaissable comme la 41/4, et jusqu’à récemment, la plupart des gens de VW ne savaient même pas que c’était le cas. Au début de 1974, il a été vendu à un autre pilote de Rallycross, Ed Mulligan, qui l’a brièvement couru cette année-là. La série Catalina Rallycross s’est terminée peu de temps après et la 41/4, extrêmement raté à ce stade, a probablement terminé ses jours à la décharge peu de temps après.



0 commentaire

Posts récents

Voir tout