top of page

///Motorsport de BMW : Les raisons des choix des couleurs


« Les entreprises sont à l’image des êtres humains. Le sport est bénéfique pour leur forme, leur endurance, leur dynamisme et leurs performances. » Tels sont les propos tenus en 1972 par Robert A. Lutz, alors membre du Directoire de BMW AG en charge des ventes, à la naissance de la toute nouvelle filiale de BMW AG, BMW Motorsport GmbH.

Commençons avec un peu d'histoire avec les créations de BMW et de ///M Motorsport


BMW


La Rapp Motorenwerke GmbH est fondée par Karl Rapp le 15 février 1912 à Munich. Son fondateur, Karl Rapp, est l’un des trois fournisseurs en moteurs d’avions de l’armée autrichienne. Les moteurs Austro-Daimler qu’il fabrique sous licence ne sont pas d’une grande fiabilité mais le temps presse à la veille de la première guerre mondiale.

En 1914, Max Fritz est un ingénieur de talent et un créateur de génie. Sa première passion est l’aviation mais ça ne l’empêchera pas de concevoir la première moto BMW.

Avec Gustav Otto, il rachète la Rapp Motoren Werke. L’entreprise prend le nom de Bayerische Fluqzeug Werke dont le siège social se trouve à Munich.

Le 20 juillet 1916, au beau milieu de la première guerre mondiale, naît en Bavière BMW suite à un désaccord financier, Gustav Otto quitte l’entreprise. BMW n’est pas encore née et risque déjà de disparaître ! Trois hommes vont s’associer pour la reprendre : l’ingénieur Max Friz, le viennois Franz-Josef Popp et le chef de la Wiener bank-Verein, Camillo Castiglioni. La société change une nouvelle fois de raison sociale pour s’appeler désormais Bayerische Motoren Werke GmbH. BMW vient de naître. Herr Rapp quitte la compagnie, la BMW GmbH est dissoute et reformée aussitôt avec un capital de 12 millions de marks sous le nom de BMW AG.

L’acronyme BMW signifie Bayerische Motoren Werke (fabrique de moteurs de Bavière).


Après la Première Guerre mondiale, le Traité de Versailles, signé en 1919, interdit aux industries allemandes de poursuivre toute activité dans les domaines militaires et aéronautiques. C'est un revers sévère pour la jeune société, qui vient de prouver une nouvelle fois sa maîtrise en matière de moteurs expérimentaux, avec un vol à l'attitude record de 9760 mètres. BMW trouve comme client une entreprise de matériel ferroviaire qui lui fabrique des freins pneumatiques. Max Friz, l’un des associés de BMW dessine des moteurs de camions, de bateaux et des moteurs à usage industriel pour reconvertir son entreprise dans le secteur civil, lesquels sont vendus sous la marque « Bayern Motor ».

Mais surtout, Max Friz a un rêve, produire une moto et dessine quelques plans et conçoit un premier modèle en 1920. A partir de 1922, BMW présente la R32 qui va asseoir la marque sur le segment des motos avec un engagement en compétition. C’est la R37 présentée en 1924 qui obtient les premiers lauriers pour BMW et effectue des records de vitesse en deux roues.

Désormais, BMW pense à l’automobile et développe une petite voiture à traction à roues indépendantes. Après trois prototypes réalisés, cette tentative resta infructueuse car ce projet est trop complexe à mettre en œuvre et demande un investissement trop conséquent par rapport aux débouchés trop faibles. Mais l’idée de l’automobile germe chez BMW, l’entreprise fini par s’offrir une marque déjà existante : Dixi.


L’automobile, le nouveau marché de BMW

Dixi était une petite entreprise allemande qui produisait des Austin Seven sous licence. BMW reprend cette production sous son propre blason et modifie petit à petit la voiture qui évolue légèrement. Les BMW 3/15 sont ainsi les premières voitures de BMW mais la firme bavaroise ne fait pas une excellente affaire : payer la licence empêche de moderniser la voiture. Cependant, BMW fait un effort pour développer ses propres voitures au début des années 1930, BMW passe d’un producteur de voitures bon marché à celui de voitures de luxe.

Avec la seconde guerre mondiale, BMW reprend la production de moteurs d’avions et de véhicules à usage militaire. Dès lors, la production de voitures civiles diminue au point de devenir quasi nulle en 1942. A cette époque, certains ingénieurs continuent d’étudier des modèles civils plutôt que participer à l’effort de guerre allemand. Mais en 1944, les usines BMW de Munich sont bombardées à plusieurs reprises, détruisant l’outil de travail. En 1945, l’Allemagne perd la guerre.

L’Allemagne a perdu la guerre. La situation de la société est si catastrophique qu’il lui faudra 15 années d’efforts pour remonter la pente. Les américains décident le démantèlement complet de l’usine de Milbertshofen et la répartition des machines-outils et autres fournitures utilisables entre tous les pays ayant souffert du troisième Reich, soit environ 40 nations. Tout ceci coûte à BMW quelques 4 000 machines, plans et autres outils de travail d’une valeur de 100 millions de marks. Cette somme s’élève à 380 millions de marks avec la confiscation de cinq autres usines.

En 1946, l’usine d’Eisenach est devenue une société soviétique baptisée Autowelo. Alors que BMW se remet péniblement à l’ouest, à l’est les communistes construisent des BMW identiques aux modèles d’avant guerre, quoique nettement moins bien assemblées. L’emblème n’a pas changé de forme mais de couleur. Il est rouge et blanc avec écrit dessus non pas BMW mais EMW (Eisenach Motoren Werke) - Une confusion s’installe jusqu’en 1951. BMW intente un procès et obtient réparation. En 1952 les EMW sont rebaptisées Wartburg.

1948 est l'année du redémarrage, les alliés autorisent la production de motos, puis par la suite c'est au tour de l'automobile.